Image

EVANGILE

« Il siégera sur son trône de gloire et séparera les hommes les uns des autres » (Mt 25, 31-46)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :

« Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui,
alors il siégera sur son trône de gloire.

Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres,
comme le berger sépare les brebis des boucs :

il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche.

Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : ‘Venez, les bénis de mon Père,
recevez en héritage le Royaume
préparé pour vous depuis la fondation du monde.

Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ;
j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ;

j’étais nu, et vous m’avez habillé ;
j’étais malade, et vous m’avez visité ;
j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !’

Alors les justes lui répondront :
‘Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu…? tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ?
tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ?

tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? tu étais nu, et nous t’avons habillé ?

tu étais malade ou en prison…
Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?’

Et le Roi leur répondra :
‘Amen, je vous le dis :
chaque fois que vous l’avez fait
à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.’

Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : ‘Allez-vous-en loin de moi, vous les maudits,
dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges.

Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ;

j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ;

j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ;
j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.’

Alors ils répondront, eux aussi :
‘Seigneur, quand t’avons-nous vu
avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?’

Il leur répondra :
‘Amen, je vous le dis :
chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits,
c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.’

Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »

Homélie en la fête du Christ Roi de l’univers (Dimanche 22 novembre 2020).

Frères et sœurs,
Vive le Christ Roi, oui vive le Christ Roi! Quelle acclamation pour le Roi des rois!

Mais qu’est ce qui lui vaut une telle louange? Et bien parce que ce Roi est très spécial car il porte, en lui, par son Autorité toute l’Espérance des hommes et des femmes de notre temps. Il porte spécialement tous les membres de vos familles et ceux qui ont reçu de Dieu une autorité: vous arrières grands parents, vous les grands parents, vous-mêmes parents, mais vous aussi enfants, jeunes, adolescents et étudiants! Il porte également tous ceux qui ont reçu une forme d’autorité sur les autres et qui engagent leur responsabilité comme les directeurs, les enseignants, les policiers, les magistrats. La liste est longue frères et sœurs, et chacun sans exception, quel que soit son état de vie peut exercer une telle autorité, même quand cette personne est pauvre, et semble-t-il n’exerce justement aucune autorité sur les autres. Quelle réaction peut-on avoir quand un pauvre annonce qu’il reçoit chaque jour de très nombreux dons et qu’il a décidé de redistribuer aux autres tout ce qu’il n’a pas utilisé dans la journée? N’est-il pas édifiant d’entendre alors le Christ dire: “Amen je vous le dis: chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait”. Ainsi ce pauvre en donnant à manger à ceux qui ont faim a nourri le Christ lui-même. Le Christ Roi de l’univers peut dire à de tels hommes: “Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde” (Mt 25, 31-46). Mais que dira-t-il à ceux qui n’ont pas accepté les grâces de Dieu pour aimer les autres? Car les grâces pour que nous puissions y arriver Il les donne!

Ce Roi qui est notre Seigneur Jésus-Christ veille spécialement sur chacun de nous depuis qu’il a reçu l’Autorité de son Père pour être notre Sauveur. Ce Roi ne cherche pas à plaire, mais il cherche à nous sauver! Il n’agit que pour notre bien et son Autorité ne peut que conduire et faire grandir. Ainsi lorsqu’il fait grandir quelqu’un, il prévient, il agit à temps et à contre temps, toujours par amour, en guérissant, en encourageant, en félicitant, en corrigeant quand cela est nécessaire. Comment le Christ pourrait-il faire grandir quelqu’un s’il n’était que seulement félicité ou seulement corrigé? Il nous fait comprendre aussi qu’en toutes choses il est un Roi serviteur qui ne cesse de se mettre au service. Que fait-il avec l’aveugle de Jéricho qui apprend que Jésus va passer dans son village? Ne se dirige-t-il pas vers lui pour l’écouter quand il crie: “Jésus, Fils de David, aie pitié de moi!” alors que la foule cherche à le faire taire? (Jn 18, 39) Ne se dirige-t-il pas vers lui parce qu’il se préoccupe de lui? N’accède-t-il pas à sa demande et ne lui rend-il pas la vue?

Le Roi des rois ets le bon jardinier qui prend soin de ses plantations. Il est le bon berger qui prend soin de ses brebis. Nous sommes, frères et sœurs ses plantations et ses brebis. Le Christ rassemble patiemment les êtres que nous sommes et nous invite sans cesse à suivre son exemple, à comprendre qu’il est le Tuteur et le Berger. L’aveugle reconnaît bien sa faiblesse, il sait qu’il a besoin d’aide, que tout seul il ne peut rien et qu’il a besoin d’être sauvé. Il crie au secours, et le Tuteur s’approche joyeusement, et vient réparer ce qui était blessé en devenant le Tuteur de l’aveugle suite à sa demande! L’aveugle a accepté l’autorité du Christ Roi et il devient alors le porte étendard du Christ. Comment ne proclamerait-il pas à son tour au monde les merveilles que Jésus a faites pour lui? Cette rencontre personnelle avec Jésus l’a rendu solide et vient de le changer. En s’appuyant sur le Christ Tuteur et Berger, il devient à son tour un petit tuteur et un petit berger qui essaye de rassembler en posant comme Jésus des actes d’autorité qui font grandir tout en glorifiant Dieu.

Et vous frères et sœurs, avez-vous découvert le Tuteur qui va vous faire grandir? L’avez-vous rencontré afin de pouvoir devenir comme l’aveugle des petits tuteurs?

Vive le Christ Roi! Amen! Abbé Damien

Leave a Reply

Dernières actualités

Actualités